Effets Non Intentionnels

La résistance

FREDON coordonne à l’échelle régionale la mise en œuvre du plan de surveillance de la résistance aux produits phytopharmaceutiques, piloté par la DGAL. C’est le premier axe de l’épidémiosurveillance sur la partie des Effets Non Intentionnels.

Ce plan identifie chaque année au sein des différentes filières agricoles des couples bio-agresseurs/matières actives exposés à un risque de résistance, et pouvant faire l’objet d’analyses dédiées.

L’objectif final est de maintenir l’efficacité des produits dans le temps, c’est-à-dire de les utiliser à bon escient afin d’éviter le développement de phénomènes de résistance qui entraîneraient une baisse de leur efficacité voire, leur inefficacité.

Cela implique également la diversification des pratiques, des modes d’actions et des programmes de traitement, afin d’optimiser leur action.

La biodiversité

Le deuxième axe de l’épidémiosurveillance est la partie Biodiversité. Celui-ci a été mis en place en mars 2012. Cet axe représente un réseau national de 500 parcelles dont 82 en Nouvelle-Aquitaine.

L’objectif de l’axe biodiversité est le suivi des effets non intentionnels des pratiques agricoles sur des indicateurs de biodiversité en milieux agricoles dans le cadre du dispositif ECOPHYTO.

L’animation nationale du réseau ENI Biodiversité est assurée par le MUSEUM. Au niveau régional, l’animation est répartie entre un animateur régional (assuré par FREDON Nouvelle-Aquitaine) et un animateur interfilière (rôle attribué à la Chambre Régionale d’Agriculture).

Les cultures concernées par ce plan de surveillance sont : le blé tendre d’hiver, le maïs, la vigne et les salades.

Cette mission a démarré avec obligatoirement une des 4 cultures citées. Les mêmes parcelles étant suivies chaque année depuis 2012, les cultures peuvent changer d’une année à l’autre avec la rotation des cultures et éventuellement des cultures qui n’étaient pas citées au départ.

Comment choisir une parcelle

  • Elle doit avoir une bande enherbée en bordure ;
  • Elle doit être représentative de la microrégion où elle est implantée ;
  • 80% des parcelles retenues sont en agriculture conventionnelle et 20% en AB ;
  • La parcelle doit être suivie sur plusieurs années ;
  • Limiter si possible les changements de parcelles.


Les protocoles à suivre : 

  • Vers de terre : 1 suivi annuel réalisé dans la parcelle
  • Oiseaux : 2 suivis annuels réalisés sur la bande enherbée de la parcelle
  • Coléoptères : 3 suivis annuels réalisés sur la bande enherbée de la parcelle
  • Flore : 1 suivi annuel réalisé sur la bande enherbée de la parcelle.


Par la suite, il faut récupérer les pratiques agricoles auprès des agriculteurs exploitants ces parcelles enfin d’en faire un bilan national et régional.