L’expertise végétale
pour la santé de l’environnement

Le cynips du châtaignier

Originaire de Chine, sa distribution ne cesse de s'étendre : introduit au Japon en 1941, il a ensuite été identifié en 1963 en Corée du Sud puis en 1974 dans le sud-est des Etats Unis et en 2002 en Italie (identifié dans la région de Cuneo au nord ouest de l'Italie dans le Piémont).

En 2005 sa présence est confirmée en Slovénie ; en 2006 en France (vallée de la Roya dans les Alpes Maritimes). En 2007 des galles ont été observées dans une pépinière sur des arbres importés en Haute-Garonne. En 2009, celui-ci est identifié en Suisse (agglomération de Mendrisio dans le Tessin).

Présent dans une seule région italienne en 2002, le cynips était présent en 2008 dans le Piémont, la Ligurie, Toscane, Emilie-Romagne, Lombardie, Trentin Haut Adige, Vénétie, Latium, Abruzzes, Campanie et la Sardaigne (d'après les données du Creso de la région du Piémont).

La production de galles peut entraîner une baisse de 60 à 80% de la production fruitière, la mortalité des rameaux touchés, des branches et voire des arbres pour de très forts taux d'infestation.

Ordre : Hymenoptera

Famille : Cynipidae

Réglementation : Organisme règlementé

Fiche technique

Plantes hôtes : Dryocosmus kuriphylus est un ravageur spécifique au châtaignier. Selon les espèces, la sensibilité au cynips diffère.

Espèce Origine Sensibilité
Castanea mollissima Chine Sensible mais contient des clônes résistants
Castanea crenata Japon, Corée Sensible mais contient des clônes résistants
Castanea dentata Etats-Unis Sensible
Castanea sativa Europe, Asie mineure Sensible
Castanea pumila Etats-Unis Seraient très résistants mais avec de petits calibres
Castanea henryi Chine  
Hybrides C.mollissima x C.dentata   Hybrides résistants aux Etats-Unis
Hybrides C.crenata   Bouche de Bétizac résiste pour le moment
Castanea alnifolia   Résistant pour le moment

Graphique des sensibilités variétales
Données du Cresso de Boves (Cuneo), région du Piémont

Morphologie :

Les adultes: Ce sont des micro-hyménoptères apocrites (abdomen et thorax séparés par un fort étranglement) de 2,5 à 3 mm de long. Le corps est noir, la base des antennes et pattes plus claires. L'apex du clypeus et les mandibules sont brun-jaunâtre. Les antennes comptent 14 articles.

Les pièces buccales sont de type broyeur. Les ailes membraneuses ont peu de nervures. Le premier segment abdominal fusionné au thorax (ou propodeum) est orné de 3 carènes longitudinales. L'abdomen présente un pétiole et le premier article du gastre est très grand.

Les larves: apodes, blanches.

Biologie : Les adultes émergent des galles de fin mai à début juillet. Les femelles pondent aussitôt dans les bourgeons latents et verts à l'aisselle des feuilles de la pousse en cours de croissance ; à raison de 3-5 œufs par bourgeons. Chaque femelle pond une centaine d'œufs. Leur durée de vie est d'une dizaine de jours. Les œufs mesurent 0,1-0,2 mm avec une longue excroissance à l'une des extrémités.

Les larves éclosent au bout de 30-40 jours et débutent leur croissance avant l'automne puis cessent leur développement et passent l'hiver ainsi. A ce stade les bourgeons gardent un aspect normal. L'année suivante, au moment du débourrement des bourgeons, les larves induisent la formation de galles.

Les galles se développent vers la mi-avril sur les nouveaux rameaux. Ces rameaux ne produisent alors qu'une pousse très courte avec quelques feuilles déformées par les galles. Les galles contiennent une ou plusieurs larves. Les larves se nourrissent pendant 20-30 jours dans les galles avant de se nymphoser.

Les adultes nouvellement formés restent 10 à 15 jours dans les galles avant d'émerger. En Italie, dans la région de Cuneo, les vols de cynips s'étalent de fin juin à début août.

Tous les adultes qui émergent sont des femelles. (data sheet on forest pest Dryocosmus kuriphilus - 04/10897 of European and Mediterranean Plant Protection Organization).

Dryocosmus kuriphilus est une espèce à reproduction par parthénogenèse thélytoque, c'est à dire que les femelles peuvent se reproduire sans accouplement avec des mâles et ne donnent naissance qu'à des femelles.

Le cycle biologique est univoltin avec une seule génération par an.